Projet Socios pour l'ASSE

L'exemple Socios Bastiais

Dans le cadre de notre tour de France des socios et ayant des membres de notre site supporters des verts innove en créant un partenariat avec l’association socios-verts ou vous retrouverez des résumés de nos interviews et l’actualité du site ! Bonne lecture à tous !!!

Expliquez-nous-en quelques mots le concept des S.E.C Bastiais. D’où est né ce projet et quel est le principe d’une S.C.I.C ?
En 2017, le club fut placé en liquidation judiciaire. Nous ne savions pas si le club allait repartir en N3. Ainsi, nous avons fondé le S.E.C la même année en juillet. Le club était totalement à l’arrêt et il n’y avait plus de dirigeants ni de joueurs. A l’initiative d’une association de supporters, le peuple Bastiais s’est réuni le 13 juillet. Nous avons fait également de grandes réunions publiques sur la place Saint-Nicolas de Bastia où des centaines et des centaines de personnes se sont réunies spontanément. Fort de cette réussite, nous avons lancé une opération de crowdfunding où nous avons réussi à collecter plus de 300 000 € et près de 5470 socios. Notre marque de fabrique et ce dont nous sommes le plus fier, c’est d’avoir réussi à redonner de l’espoir au peuple Bastiais dans cette période difficile, alors que beaucoup de personnes pensaient que le club allait disparaître. Nous sommes très fiers d’avoir fait le maillon entre les dirigeants actuels, la famille Ferrandi et la famille Luiggi, alors que le club était dans le flou le plus total.

Ce dont nous sommes le plus fier, c’est d’avoir réussi à redonner de l’espoir au peuple Bastiais alors que beaucoup pensaient que le club allait disparaître.

Qu’en est-il du principe de la S.C.I.C ?
C’est un statut d’entreprise qui fut initié par les dirigeants du club à l’intérieur duquel Il existe plusieurs collèges d’actionnaires :

Il existe donc des collectivités locales propriétaires du Sporting Club de Bastia ?
Absolument, il existe plusieurs communes de toute la Corse possédant des actions au sein de la S.C.I.C. La particularité de ce collège d’actionnaires est qu’il n’a pas de représentant au sein du conseil d’administration du S.C Bastia.

Le montage financier comme celui-ci est complexe. Avez-vous demandé l’aide d’un cabinet d’avocats et si oui lequel ?
Oui nous avons fait appel à plusieurs avocats, fiscalistes et spécialistes du droit du sport.

J’ai vu que M. Dayan était intervenu auprès du Sporting Club de Bastia pour l’évolution dans le monde professionnel. Que vous a-t-il apporté concrètement ?
En tant que socios Bastiais, nous ne nous sommes pas entretenus avec lui. Ce sont les dirigeants qui se sont entretenus avec M. Dayan, qui a posé le modèle, les principes de base de la société en deux ou trois mois. Mais je crois savoir qu’ils sont restés en bonnes relations avec le président du club et qu’ils sont toujours en contact téléphonique. En tout état de cause, il est certain que si monsieur Dayan n’avait pas proposé la solution de la S.C.I.C aux dirigeants, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Nous pouvons vraiment le remercier.

Quel est l’objectif de l’organisation ?
Au départ, l’association avait pour but de soulever des fonds pour sauver ce qui était « sauvable » au sein du Sporting Club de Bastia. Une fois le Sporting sauvé, nous attachons d’être force de propositions avec les dirigeants actuels, notamment pour tout ce qui est relatif au centre de formation. C’est vraiment notre cheval de bataille.

Avez-vous des entreprises qui vous suivent dans ce projet ?
Oui, nous retrouvons les entreprises qui sont membres et nous aident depuis le début. En Corse, le Sporting Club de Bastia est un patrimoine qui parle à tout le monde et qui fédère énormément. Dans nos entreprises partenaires, nous avons principalement des P.M.E locales, mais nous retrouvons vraiment tout type de membre.

Les entreprises où les socios qui vous suivent ont-ils « droit » à une défiscalisation de leurs cotisations ?
Oui, notre association étant déclarée d’autorité publique, la cotisation fait l’objet d’une défiscalisation à hauteur de 66% de ce que le membre a versé à notre association.

Beaucoup de très grands joueurs sont passés par Bastia. Sont-ils à vos côtés ? Vous aident-t-ils dans la réalisation de ce projet ? Si oui, lesquels et comment ?
Nous avons beaucoup de joueurs qui sont membres de l’association des Socios Etoile Clubs Bastiais : Whabi Khazri, Pierre-Yves André, Toifilou Maoulida, Chaouki Ben Saada, Ismaël Triki, Roger Milla, Sébastien Piocelle et j’en oublie. Il ne nous aide pas au quotidien mais parfois nous les sollicitons pour bénéficier de leurs conseils. Nous sommes toujours ravis de les accueillir lors de nos différents évènements que nous organisons. Ils nous aident énormément au niveau de la crédibilité de notre projet.

Avez-vous Johnny Rep avec vous ?
Malheureusement, nous n’avons pas Johnny Rep parmi nous…

Wahbi Khazri est membre de l’Etoile Socios Club Bastiais. Avez-vous un message à lui faire passer ?
Wahbi Khazri est vraiment pour nous un modèle. Depuis 2017, que ce soit par des dons conséquents au club ou en étant adhérent de notre association, il est vraiment un soutien de taille. Un message à lui faire passer ? S’il souhaite un jour reporter le maillot bleu, il est le bienvenu. Je pense que c’est un vrai amoureux du Sporting club de Bastia, un enfant du club et cela se fait rare que les joueurs actuels aient la reconnaissance envers son club formateur. C’est une personne avec de vraies valeurs, qui a le Sporting dans la peau. Nous sommes très contents de ses performances actuelles avec l’AS Saint-Etienne.

Pensez-vous possible la création d’une association regroupant les socios français ?
Possible, je ne peux pas me prononcer. Mais je trouve que c’est une bonne idée et je le souhaite. L’idée de créer un modèle socios à la française serait vraiment super. Pour le moment, notre modèle est quelque chose d’unique et si on peut le généraliser et proposer ce modèle partout sur le territoire, personnellement j’en serais ravi. Cela serait super de voir notre modèle «copié » en ouvrant le capital à hauteur de 20 % dans pleins de clubs français. Notre vision du football est très populaire et accessible à tous et correspond à beaucoup de clubs en France.

Vous pensez donc qu’il peut exister un vrai modèle socios français et que c’est l’avenir ?
Pour le moment, il existe un modèle socios bastiais. Mais j’aime beaucoup votre idée d’association nationale comme vous venez de le proposer. Si cela peut aider pour développer ce modèle, j’en serais ravi. Dans tous les cas, nous ferons toujours part de notre expérience. La réappropriation des clubs de football par les supporters est un très bon modèle au final car les dirigeants et les joueurs partent, et seuls les supporters restent.

On peut penser à un modèle socios à Bordeaux, Saint Etienne, Lens etc. ?
Je le pense sincèrement. Il en va de l’intérêt de l’actionnaire majoritaire que d’avoir les supporters avec lui à hauteur de 20 ou 30%. Impliquer les supporters est le meilleur moyen de travailler en bonne intelligence et d’éviter d’éventuels conflits larvés qui nuiraient au club. Nous nous sentons notamment très proches de club comme Saint-Étienne et de leurs valeurs. C’est à peu près le seul club où nous avons de très bonnes relations avec leurs supporters et nous les respectons énormément.

Nous nous sentons notamment très proches de club comme Saint-Étienne et de leurs valeurs. C’est à peu près le seul club où nous avons de très bonnes relations avec leurs supporters et nous les respectons énormément

Avez-vous un rôle social ?
Oui et nous tenons à avoir ce rôle social. Nous avons lancé une collecte pour pouvoir acheter des lits de réanimation aux bénéfices de l’hôpital de Bastia et nous n’avons pas hésité aussi à soutenir le supporter bastiais qui a été agressé par des supporters d’Ajaccio lors d’un déplacement il y a deux ou trois ans. Nous tenons à faire, au moins une fois par an, une opération de ce type. Cela nous tiens à cœur. D’ailleurs dernièrement nous avons conclu un partenariat avec l’association « Inseme » ce qui signifie « ensemble » en Corse. C’est une association qui est au soutien de malades de Corse qui ont besoin de se faire soigner sur le continent et qui les aide dans leurs déplacements à trouver des logements sur place par exemple. Nous allons faire des opérations pour lever des fonds à leurs profits.

Quels avantages vos socios et les entreprises obtiennent ils en contrepartie de leurs adhésions ?
Nous sommes une association assez jeune. En contrepartie, nous avons déjà tenu à offrir une belle carte de membre à chacun de nos adhérents, le poster de l’équipe. Par ailleurs, nous avons conclu un partenariat avec une société qui s’appelle Corseco. Cette entreprise propose une carte avec des réductions dans beaucoup de magasins sur l’île et ailleurs. Cette carte de membre leur revient à prix coûtant, soit environ 7€. Mais surtout, ils ont droit d’élire leurs représentants au bureau de la S.E.C Bastiais dont quatre seront représentants dans les deux C.A du Sporting Club de Bastia.

Et cela se fait démocratiquement. Lors des dernières élections du bureau du S.E.C Bastiais, deux listes et deux programmes étaient présentés. Les adhérents votent donc pour le programme qu’ils souhaitent, et que leurs élus portent dans les deux Conseils d’administrations. Nous soumettons aussi des sondages à nos adhérents tout au long de l’année. Cela nous permet d’être au plus près d’eux et de leurs avis on ne fera jamais rien sans leur accord. Nous avons mis en place un sondage sur le fait de mettre en place des navettes en train pour rejoindre le stade les jours de match. Et en ce moment, un sondage est en cours sur les produits qu’ils aimeraient avoir au sein de la boutique du club. Nous avons vraiment une démarche démocratique et participative.

Vous amenez donc une vraie culture club donc …
Oui totalement, nous apportons une vraie culture club. Par exemple, nous avons habillé la tribune sud de panneaux avec des unes de journaux qui représentent notre passé et notre histoire. Et ce n’est que le début : nous allons également faire appel à des graphistes pour faire des belles fresques. C’est notre maison, on l’aime et nous allons essayer de la rendre encore plus vivante et attrayante.